Voici le lien de l’interview  de “Il Messaggero Marittimo” à M. Fulvio Carlini et M. Simone Carlini.

GÊNES – Parmi les sujets qui intéressent le plus les opérateurs du secteur maritime et des expéditions on retrouve sans aucun doute l’aspect de la formation du personnel employé dans les activités logistiques. Nous avons abordé ce sujet avec le président du Chartering & Documentary Committee de Fonasba, M. Fulvio Carlini, et avec le directeur général de MultiMarine Services, M. Simone Carlini.

Quelle est l’importance de la formation dans le secteur du transport maritime au niveau international et en Italie ?  

« La formation dans le secteur du transport maritime au niveau international – a expliqué M. Fulvio Carlini – varie beaucoup de pays en pays, même si certaines nations se distinguent par des activités plus importantes.  Au niveau universitaire, il existe des cours dans plusieurs pays, mais sûrement la Grande Bretagne (l’Université de Southampton, par exemple), l’Allemagne et l’Hollande ont développé depuis plusieurs années des cours complets qui préparent les jeunes à rentrer dans le monde du transport maritime, tout en offrant une connaissance des activités de chartering, des services d’agence et de ship management d’haut niveau, ainsi que la possibilité d’accomplir des stages professionnels très bien organisés.

Pour les personnes qui font déjà partie de ce secteur, même s’il s’agit de débutants, dans plusieurs pays il existe des cours organisés de différents types, mais sans aucun doute la méthode la plus célèbre consiste dans les cours à distance gérés par l’Institute of Chartered Shipbrokers de Londres, qui suit entre 4000 et 5000 étudiants dans le monde entier à travers ses sièges locaux (Distance learning centers) et son siège principal de Londres. En Italie, le Distance learning centers est situé auprès de Federagenti de Rome ».

En Italie qu’est-ce qu’on pourrait faire pour apporter des améliorations et dans quels secteurs ?

« Je crois q’on peut faire beaucoup et peu, en même temps. Pour s’améliorer – explique encore M. Fulvio Carlini –  on peut suivre les bonnes pratiques, et c’est bien le cas de l’Istitute of Chartered Shipbrokers de Londres avec lequel, il y a quelques années nous avons organisé des cours transmis en vidéoconférence auprès de Federagenti. Je n’ai pas beaucoup de confiance dans les cours «Do It Yourself », étant donné qu’il est certainement plus facile d’offrir une formation homogène à tous les employés du secteur, de façon à simplifier notre future travail ensemble aussi. De plus, je pense que grâce aux stages on peut faire vraiment beaucoup et aider toutes ces personnes qui sont en train de terminer leurs études et désirent commencer à travailler dans notre secteur. Ces stages doivent consister en des vrais entraînements au travail et doivent donc être récompensés par un traitement économique adéquat, au moins un salaire de base, de façon à reconnaître l’engagement réel du stagiaire, ce qui se vérifie déjà dans beaucoup d’autres pays, où la formation n’est pas vue comme une charge pour l’entreprise, mais bien comme un investissement qui donnera des résultats sûrs dans le future ».

Au Directeur général de MultiMarine Services nous avons par contre demandé quel est le point de vue d’un jeune manager.

Qu’est-ce que les jeunes peuvent faire pour les jeunes ?

« Je suis très attentif à l’aspect de la formation, en qualité de directeur général d’une société qui depuis toujours vise aux jeunes, ainsi que vice-président du groupe Giovani Federagenti. Il faut certainement que les entreprises investissent sur la formation de manière structurée et cela peut se concrétiser uniquement par le recrutement de jeunes, par leur formation au sein de l’entreprise, ainsi que par la possibilité de leur faire suivre des cours et de les faire progresser. De notre part, nous, les jeunes, nous devrions savoir profiter des occasions qui nous sont offertes pour apprendre encore plus de nos collègues en entreprise, des amis dans les associations, des formateurs à l’occasion des séminaires et des conférences. Les jeunes devraient se rapprocher du monde du travail avec une grande envie d’apprendre, tout en démontrant à l’entreprise que l’investissement qu’on fait sur eux-mêmes correspond à professionnalisme et engagement. Un autre aspect à mon avis très important et qui personnellement m’a beaucoup aidé à progresser c’est la passion pour les voyages et pour la découverte de réalités et de pays différents : voyager signifie rencontrer d’autres langues et cultures, apprendre la géographie et l’histoire qui, même s’il pourrait ne pas sembler, sont en réalité à la base de chaque rapport interculturel pouvant donc être ouvert, sincère et fructueux pour les deux parties ».

Quelles initiatives Multi Marine Services met et mettra en œuvre ?

Comme on l’a déjà évoqué, Multi Marine Services investit sur les jeunes depuis toujours et c’est ce qu’elle continuera à faire. Plus de deux tiers de nos collaborateurs et employés ont moins de 40 ans et occupent déjà des positions élevées. Nous avons toujours privilégié des profils avec une instruction d’haut niveau, mais qui très souvent n’avaient pas de formation dans notre secteur, et nous avons donc investi sur des jeunes « à former », à travers des parcours dédiés, ce qui nous a permis d’obtenir des résultats qui ont dépassé toute attente. Cette stratégie s’est avérée gagnante jusqu’aujourd’hui et nous n’avons aucune intention de nous arrêter : nous travaillons, dans la mesure de nos moyens,  pour les jeunes et nous voulons que les jeunes aussi travaillent pour nous, en commençant par des contrats de formation/travail et des stages rémunérés et poursuivre avec des contrats plus importants. Nous sommes très attentifs à la formation : nous avons beaucoup insisté dans le passé sur les cours et sur les examens de l’Institute of Chartered Shipbrokers (nous avons un membre et deux collègues de cet institut dans notre entreprise) avant tout, vu qu’on connaît la qualité et le prestige de cet institut. Place aux jeunes donc, à condition qu’ils soient disponibles à gagner avec engagement et dévouement ce que l’entreprise leur offre ».